La francophonie

« Francophone » c’est quoi ?

francophonie

Le terme francophonie est apparu pour la première fois vers 1880, lorsqu’un géographe français, Onesime Reclus, l’utilise pour désigner l’ensemble des personnes et des pays parlant le français. On parle alors de francophonie avec un « f » minuscule pour désigner les locuteurs de français et de Francophonie avec un « F » majuscule pour parler de l’institution.

La francophonie c’est ainsi 274 millions de locuteurs. La Francophonie c’est 80 États et gouvernements membres ou observateurs de l’OIF.

Sans-titre-2

Aujourd’hui, cette distinction permet aux Etats membres,  pas toujours locuteurs officiels français, de se saisir du sujet et de décliner cette Francophonie en outil de développement de projets, en outil de développement local, et de traiter grâce à ce cadre, des thématiques autres que celles de la langue.

La langue reste bien évidemment en filigrane puisqu’elle reste l’élément facilitateur aux échanges sur les autres questions de développement durable, de développement économique, de développement des échanges de jeunes.

Un peu partout dans le monde, nous retrouvons des peuples, des cultures, des langues francophones. Certains territoires sont en lutte, combattent, afin que la langue et que la culture françaises soit maintenues (Belgique, Italie, Acadie, Québec, Ontario.). Au-delà de la lutte pour le maintien de la langue, c’est surtout une lutte pour que les personnes soient reconnues à part entière comme citoyen de leur propre pays.

Explications de l’émergence du projet « Jeunes Francophones »

Les autres constats sont que la France n’est pas nécessairement le pays le plus « francophone », que l’avenir de la francophonie se trouve certainement en Afrique, et que langue française peut rimer avec bilinguisme ou plurilinguisme.

P1040347
Échange franco-Québécois sur les chantiers jeunes 2014/2015

C’est tout ceci que ce projet de chantiers jeunes bénévoles francophones devrait permettre de faire toucher du doigt.

La finalité du projet, un Chantier francophone coopératif de jeunes bénévoles ayant pour thématique l’eau, est peut-être ambitieux et technique mais pas irréalisable de par la motivation des acteurs politiques, institutionnels, associatifs et jeunesses de nos deux territoires. Nous y ajouterons chaque année un nouveau territoire francophone comme le Sénégal, la Belgique, la partie acadienne du Nouveau-Brunswick, le Québec… qui amènera une autre dimension au projet. Ces partenaires sont encore à définir et à investir dans cette coopération réciproque que nous projetons sur quatre années.

IMG_2790
Chantiers jeunes en Août 2016

 

 

 

Partir en chantier, c’est s’investir dans une démarche de projet,  un engagement volontaire : nettoyer un littoral, rénover un château, planter des arbres, organiser un festival… Il y en a pour tous les goûts ! Les chantiers de jeunes bénévoles ont un rôle éducatif, formateur et social fort ainsi qu’une dimension culturelle. Ils servent au développement local par l’animation et la mise en valeur des richesses patrimoniales, que celles-ci soient naturelles, architecturales et/ou culturelles, artistiques, historiques, etc. Ils relèvent d’une démarche d’éducation populaire par leur ouverture à un large public ainsi que par la transmission de différents savoirs et savoir-faire.

Les chantiers de jeunes bénévoles permettent aux jeunes volontaires qui y participent :

  • de contribuer à une réalisation collective,
  • de rencontrer des jeunes venus d’autres horizons et d’échanger autour de découvertes captivantes et partagées,
  • de s’initier et de pratiquer des techniques manuelles et artisanales, dont certaines très anciennes, voire presque oubliées,
  • de s’enrichir en participant à des activités artistiques, culturelles ou sportives,
  • de faire acte de mémoire en restaurant le patrimoine naturel, artistique, culturel et/ou historique d’une région.

IMG_3661

Le chantier, c’est aussi un lieu de rencontre et d’échange ! Un véritable choc des cultures, et des milieux mais aussi une intégration à une équipe interculturelle et une expérience enrichissante et atypique à vivre en groupe.

Pourquoi un projet de coopération sur 5 ans (2016/2020) ?

La coopération est l’action de coopérer, de participer à une œuvre, à un projet commun. La coopération est la capacité de collaborer à cette action commune ainsi que les liens qui se tissent pour la réaliser. La coopération est un mode d’organisation sociale qui permet à des individus ayant des intérêts communs de travailler ensemble avec le souci d’objectifs communs. Elle nécessite un certain degré de confiance et de compréhension.

Ce qui caractérise le projets « jeunes-francophones » c’est l’échange international avec d’autres pays francophones (utilisant la langue française) afin de transcender la barrière linguistique qui pour certains, peut s’avérer être une limite à la découverte de pays étrangers.

Le projet s’insère également dans le plan d’éducation au outils numériques.
L’association du PARC de Breteuil en Normandie et la télévision participative MO-TV (Marènnes Oléron TV) s’insère dans le projet en tant que média participatif .
Les jeunes peuvent  s’initier au reportage, à la réalisation vidéo, à la médiatisation du projet afin de le rendre visible auprès du  grand public et des institutions grace à la mise à disposition d’un matériel semi-pro et d’un accompagnement avec des professionnels de l’image et du numérique.

20170215_115450
Cela implique l’initiation à l’interview, le cadrage, l’utilisation d’une régie TV, la logique
conceptuelle pour la réalisation des reportages.